A l’arrivée du mois de Ramadhan, une commission mixte a été mise en place pour réguler le marché des produits alimentaires.

Regroupant le ministère du Commerce, de l’Agriculture et des Douanes, l’organisme est chargé de l’approvisionnement et du contrôle de l’inflation pendant cette période sacrée pour les algériens.

Le directeur du contrôle des pratiques commerciales affilié au ministère, Abdelhamid Chibani a déclaré à l’APS que les fruits et légumes resteront à un «prix acceptable.»

« Le blé tendre et dur ont été produits en abondance durant cette saison », ajoute Chibani, ce qui rassure les autorités. Celles-ci ont également prévu d’importer 9000 tonnes de pois chiches pour répondre à la demande croissante pendant le jeûne.

Les stocks de sucre, d’huile et de lait devraient également suffire à couvrir la consommation accrue qui arrive.

Pour la viande rouge, la production locale sera fortement soutenue par l’importation. Le ministre du commerce, Mustapha Benbada, a déclaré qu’environ 10 000 tonnes de viande congelée ont été importées en prévision de la demande.

Les prix des volailles ont déjà fortement augmenté, malgré le stock des pouvoirs publics.

Contrôler les prix et sensibiliser la population

La nouvelle commission doit contrôler les prix dans l’objectif de lutter contre la spéculation et la rétention des stocks, ajoute Chibani. « En cas d’infraction ou de manœuvre spéculative, les opérateurs économiques concernés sont passibles de sanction allant de la saisie des produits jusqu’à la fermeture des locaux et la poursuite judiciaire ».

Le contrôle de la conformité des produits sera quant à lui orienté vers le respect de l’hygiène de production et de distribution, en insistant surtout sur la continuité de la chaîne du froid.

Pour finaliser les sensibilisation des particuliers, deux caravanes ont été lancées sur les routes nationales pour assurer la prévention contre les intoxications alimentaires et favoriser l’hygiène.

Sarah Haderbache