La formule d’hébergement touristique «chez l’habitant» de plus en plus prisée, vient d’être encadrée par une circulaire interministérielle.

Advertisement

Daho Ould Kablia, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, et Smaïl Mimoune, ministre du Tourisme et de l’Artisanat ont confirmé la signature de ce texte, lors d’une rencontre sur le bilan du secteur touristique pour le premier semestre 2012.

Un phénomène nouveau s’est imposé depuis plusieurs années ; l’exploitation d’habitations par leur propriétaire pour accueillir des touristes durant la saison estivale attire de plus en plus dans les villes côtières et les régions du Sud.

Cette vague de locations a pu se développer à cause du manque de structures d’hébergement touristique mais est également motivée par un désir des propriétaires d’obtenir des revenus supplémentaires.

Cependant, cette activité échappe au contrôle des services chargés du tourisme et des collectivités locales. Ils ne disposent ni d’indicateur de flux touristique saisonnier ni d’offre d’hébergement extra-hôtelière.

C’est pourquoi, il est devenu urgent de concevoir une législation pour encadrer cette pratique afin d’assurer une meilleur connaissance de l’activité et de maintenir la sécurité et les droits des touristes ainsi que ceux des propriétaires locataires.

Au cours du premier semestre, l’Algérie a accueilli 1,498 million de touristes, soit un taux de croissance estimé à 25% par rapport à la même période l’année dernière.

«Le partenariat public-privé est un axe important pour notre politique de développement», a déclaré le ministre. «Certaines wilayas continuent à déclarer des chiffres qui n’ont aucun lien avec la réalité », a-t’il ajouté.

Il a exprimé son désir de développer ce secteur qui ne correspond plus aux chiffres trop souvent erronés.

Myriama Mokdahi