Pierre Jovanovic est un journaliste français indépendant. Il est l’auteur de plusieurs livres, dont certains sont des best-sellers comme son enquête, en 1993, sur les anges gardiens qui a été traduite en plusieurs langues.

Il tient depuis 2008 un blog où il publie des analyses sur la situation financière internationale. Il est également éditeur pour la maison d’édition “Le jardin des livres”, lancée en 2001. Il co-anime par ailleurs sur la radio associative Radio Ici et Maintenant, une revue de presse internationale bimensuelle consacrée à la situation économique mondiale.

Algerie-Focus l’a reçu une première fois lors de la sortie de son avant dernier livre Blythe Master. Il avait soutenu, entre autres, que l’Algérie avait perdu 50 % de ses réserves de change placées à l’étranger au moment de la crise financière de 2008.

Il a publié “Le retour au standard or“, une traducteur en français du livre du Pr Antal Feketé, un défenseur acharné du retour de l’étalon or comme monnaie d’échange mondiale. Une occasion d’aborder à nouveau le sujet des réserves de change de l’Algérie, à un moment où celles-ci atteignent un record, à tel point que le FMI en réclame une partie pour renflouer ses caisses vides.

Pierre Jovanovic, persiste et signe : l’Algérie a bel et bien vu ses réserves fendre de moitié en 2008, et avec le crash annoncé du dollar et bientôt peut-être de l’euro, tout cet argent risque de “s’évaporer”. Il en explique les raisons, et va plus loin, en déclarant que le gouvernement algérien, comme d’autres gouvernements de pays arabes producteurs de pétrole, a subi des pressions de la CIA pour ne pas réclamer à la FED le remboursement de ses dollars en or. Selon Jovanovic, l’Algérie peut faire une croix sur cet argent : “C’est le marchand de sable qui va passer, pas le marchand d’or” conclue-t-il.

S. Viniger