Les infrastructures algériennes ont été coûteuses dans le budget de l’État algérien durant les dix dernières années. La raison? De grands projets qui ont complètement modifié l’urbanisme algérien.

autoestouest1044 - Algérie : 40 milliards d’euros dépensés pour les infrastructures de base
L'autoroute Est-Ouest fait partie des grands projets de la dernière décennie

Plus de 3 000  milliards de DA, soit environ 40 milliards de dollars, ont été consacrés au secteur des d’infrastructures routières, ferroviaires, portuaires et aéroportuaires depuis 1999, a indiqué à l’APS, le Secrétaire général du ministère des Travaux publics, Hocine Necib.

« Ces investissements représentent chaque année près de 3% du produit intérieur Brut (PIB). La règle universelle recommandée par la Banque Mondiale, selon Hocine Necib, est située entre 1et 2% . »

Des projets d’envergure 

Plus de 8 700 km de routes et 2 983 km d’autoroutes (dont le mégaprojet de l’autoroute Est-Ouest (1.216 km), ainsi que des voies express, ont été programmées entre 2000 et 2012 . Dans le détail, explique Hocine Necib, « 19 infrastructures portuaires (ports de commerce et de pêche) et 4 plates-formes aéroportuaires (aérodromes et pistes d’atterrissage) ont également été construites durant cette période, répondant aux plans quinquennaux 2001-2005, et 2005-2009, en plus de l’actuel plan 2010-2014. »

Actuellement, le littoral algérien compte 51 infrastructures maritimes : 11 ports de commerce, 2 ports pétroliers, 41 ports de pêche et un port de plaisance.  Les aéroports ouverts à la circulation aéronautique civile est de 32 plates-formes.

Le ministère prévoit également la réalisation de la rocade des Hauts Plateaux,  de la 3ème et la 4ème rocade d’Alger et la finalisation du tronçon algérien de la route Transsaharienne. Cette voie routière reliera Alger à Lagos (Nigeria).

Mabrouk Bouchagrouni

Algérie : 40 milliards d’euros dépensés pour les infrastructures de base
Notez cet article