Human Rights Watch s’intéresse aux décès pendant la traversée de la Méditerranée

0
103

En 2011, ce sont au moins 1500 personnes qui sont mortes en tentant de traverser la mer Méditerranée, d’après le rapport publié par l’ONG Human Rights Watch.

En 2011, plus de 1500 morts pendant la traversée de la Méditerrannée

Ces derniers jours, sur les 160 embarqués somaliens et érythréens, quatre sont morts avant d’arriver sur l’île de Malte, leur destination.

Au travers de l’étude, Human Rights Watch enquête sur ceux qui, rêvant de passer de l’Afrique à l’Europe, s’embarquent sur des bateaux peu sûrs pour des traversées parfois fatales.

Chaque année, au départ de Libye, du Maroc ou de la Tunisie, des milliers d’Africains quittent leur terre dans l’espoir d’un avenir meilleur. Mais le rêve est de courte durée. Depuis 1998, ce sont près de 13 500 individus qui ont péri en tentant la traversée.

Dans un rapport, une affaire est particulièrement mise en lumière. Le 26 mars 2011, un bateau quittant la Libye avec à son bord des Africains clandestins a émis des signaux de détresse. Face à ceux là, aucune réaction de la part des autres navires présents en mer au même moment. Au final, sur 72 personnes, seules 11 sont arrivées en vie en Libye, alors que l’embarcation avait été déviée de sa trajectoire.

Ces individus, appelés les « left-to-die » sont le symbole de l’abandon du problème par la communauté internationale.

Des solutions à appliquer

Comme réponse au problème, le rapport cite la solution suggérée par la Haute Commission des Nations Unies pour les Réfugiés. Elle préconise un modèle de coopération pour le secours en mer et des procédures standardisées pour tous les chefs de bords.

Le problème des pays de départ est également soulevé. Ceux-ci seront amenés à contrôler plus strictement les embarcations et leurs passagers pour éviter les accidents dramatiques comme celui du 26 mars 2011.

Enfin, Le rapport préconise une implication de l’Europe sur le long terme, en validant le brouillon de création de la législation EUROSUR, un système de surveillance et d’assistance aux migrants.

SH