Le conflit dans le Nord-Mali aura eu un lourd bilan humain, en six mois ce 436.000 maliens qui ont fui leur pays. Ces nombreux réfugiés ont été comptabilisés par le rapport de l’OCHA (Bureau des Nations unies pour la coordination des Affaires humanitaires) qui évalue la situation humanitaire du Mali depuis plusieurs mois.

De nombreux Maliens se sont réfugiés en Algérie / D.R

Au 10 août, plus de 260.000 réfugiés maliens étaient enregistrés dans les pays voisins et 174.000 autres étaient déplacés internes.

Les nombreuses attaques des rebelles touaregs et des islamistes, lancées le 17 janvier dans le Nord-Mali ont poussé un grand nombre de Maliens à fuir cette région. Le coup d’Etat militaire du 22 mars, qui a coupé le Mali en deux a renforcé les déplacements de population.

D’autres menaces

La situation sanitaire préoccupante des Maliens est également au coeur du rapport de l’OADH qui remarque une augmentation de l’épidémie de choléra  depuis quelques semaines. L’organisme recense 140 cas de choléra et 11 décès dans les régions de Gao et d’Ansongo au nord du Mali.

L’instabilité actuelle du Mali a créé une insécurité alimentaire, par conséquent 360.000 personnes sont bénéficiaires du Programme Alimentaire Mondiale, et 148.100 personnes le sont dans le nord. L’Ocha précise qu’il est également nécessaire d’offrir un meilleur accès à l’eau potable pour les déplacés du Nord, « les taux étant déjà très faibles avant la détérioration de la situation provoquée par le conflit armé. »

La dernière crainte concerne « la présence de criquets pèlerins »  qui représente une forte « menace acridienne dans le nord du Mali ». Mais le rapport précise qu’un « dispositif de riposte est en train d’être mis en place par le Centre National de Lutte contre le Criquet Pèlerin à travers la mise en place d’équipes de prospection et de traitement sur une ligne qui va de Koro à Nara. »

AB