Du 13 au 18 septembre prochain, plus de 150 experts algériens et étrangers sont attendus à la vingtième édition du congrès international du Fiqh (jurisprudence) islamique.

«Toutes les dispositions sont prises pour assurer les meilleures conditions pour l’accueil des participants et le bon déroulement de cette rencontre», a déclaré Bouabdallah Ghlamallah le ministre des Affaires religieuses et du Wakf.

Ce dernier a visité le Centre des conventions d’Oran Mohamed-Ben-Ahmed» (CCO) qui abritera les travaux du congrès.

Par ailleurs, M. Ghlamallah a fait savoir que cette manifestation internationale permettrait d’aborder plusieurs thématiques contemporaines sous l’angle de la  jurisprudence islamique, notamment dans les domaines médicaux, économiques, financiers. Au cours de cette visite, le ministre a également inspecté des mosquées désignées pour abriter des séances (dourouss)  qui seront animées par certains participants du congrès.

M. Boumediene Bouzid, directeur de la Culture islamique auprès du ministère des Affaires  religieuses, a ajouté que le congrès du fiqh islamique se terminerait par une série de recommandations spécifiques sur les sujets tels que la transplantation, le don d’organes, l’instruction judiciaire, la  peine capitale, les services bancaires et les assurances.

Cette rencontre exceptionnelle qui sera organisée pour la première fois en Algérie rassemble tous les deux ans, les membres de l’Académie internationale  du Fiqh islamique, organe officiel de l’Organisation de la conférence islamique  (OCI). La précédente édition (19e) s’était déroulée à Dubaï (Emirats Arabes  Unis).

Myriama Mokdahi

Notez cet article