Chaque semaine, retrouvez sur algerie-focus.com les épisodes de la saison 2 de la série Jawab Bassite, avec en prime une interview exclusive ! Cette semaine, celle du journaliste réalisateur Salim Aggar.

Salim Aggar, journaliste, critique cinéma et réalisateur répond à nos questions sur son actualité et le cinéma algérien.

Quels sont vos projets en ce moment ?

Je prépare actuellement les Journées cinématographiques d’Alger qui auront lieu du 15 au 19 octobre 2012. C’est un évènement important,  il y aura 20 invités, plusieurs pays seront représentés. Personnellement je prépare mon 3e documentaire qui a été retenu dans la sélection du Cinquantenaire de l’Algérie. Il évoquera la guerre d’Algérie, nous allons bientôt commencer le tournage.

Pourquoi le cinéma algérien ne trouve pas son public algérien ?

Je ne suis pas d’accord, le cinéma algérien a son public. Le problème est que quand les films sont produits, il n’y a pas assez de promotion. Ils sortent, on en parle peu et il y a un oubli total chez le public. Il faut dire que le cinéma traverse également une crise : le manque de salles, de producteurs, de distributeurs sans compter la concurrence des dvd piratés.

Comment améliorer la situation du cinéma algérienne ?

Il faut faire plus de production internationale, s’ouvrir à d’autres pays. On ne sait pas exporter nos idées et nos histoires à l’international.

Notez cet article