Youcef Merrah, secrétaire général du Haut Commissariat à l’Amazighité (HCA), s’inquiète du recul de l’enseignement du tamazight. Il demande désormais son officialisation pour sauver la langue.
«Le nombre d’apprenants et passé de 37 690 encadrées par 233 enseignants en 1995 à 21 3075 élèves et 1 330 formateurs en 2011 » a-t-il indiqué lors d’une conférence de presse ce mercredi 5 septembre au forum du quotidien El Moudjahid.
Enseigné dans 16 wilayas en 1995, le tamazight est aujourd’hui enseigné dans seulement 10 wilayas. Selon Youcef Merrah, « 90% de l’enseignement du tamazight est focalisé en Kabylie, à Tizi Ouzou, Bejaia et Bouira notamment ».

A. B. S.

Notez cet article