« Plus de 1450 personnes (dont 610 femmes) ont été victimes de piqûres de scorpions, dont 2 sont décédées des suites d’envenimation scorpionique,  depuis le début de cette année dans la wilaya de Ghardaïa », indique de la direction de la Santé, via l’APS.

Deux personnes sont décédées suite à une piqûre de scorpions cette année en Algérie/ DR

« La commune de Guerrara est la localité ayant enregistré le plus grand  nombre de piqûres de scorpions avec 419 cas, suivie des communes de Daïa Ben  Dahoua (208 cas), Ghardaïa (206), Berriane (172), El-Menea (128)  et Métlili  (115 », détaille la même source.

Advertisement

« Le plus grand nombre de piqûres de cet insecte de la famille des arachnides,  soit 866 cas, a touché des personnes âgées entre 15 et 49 ans, contre 367 cas ayant touché des enfants entre 1 et 14 ans », est-il ajouté.

Les 2 cas de décès sont des enfants en bas âge.

« Les scorpions existants dans la wilaya de Ghardaïa sont de couleur noire, jaune et ocre, et sont souvent nombreux en période estivale et présents dans les sites rocheux, les maisons construites en pierres et dans les lieux  désertiques », explique un habitant de la région.

Pour soigner un patient piqué par un scorpion, une somme de 10 000 dinars est nécessaire.

« L’insalubrité publique, l’insuffisance de l’éclairage publique et le manque d’éducation sanitaire, sont les principaux facteurs favorisant la prolifération de ces insectes venimeux dans les zones urbanisées et d’habitation », estime un médecin.

Plus de 400 scorpions ont été ramassés au profit de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) et ce, entre juin et juillet derniers, en échange de 40 DA l’unité.

R. S.