Une partie des universités algériennes reprennent leur mouvement de contestation à partir d’aujourd’hui, et entament une grève illimitée, a prévenu le syndicat des travailleurs du secteur de l’enseignement supérieur .

Le changement à la tête du ministère de l’éducation est une occasion supplémentaire pour que les manifestants se fassent entendre. Les grévistes demandent la révision du statut des travailleurs des corps communs, l’augmentation de salaire avec effet rétroactif à partir du 1er janvier 2008, la valorisation du point indiciaire qui doit passer de 45 à 90 da, la titularisation des travailleurs contractuels.

La grève initialement prévue pour le 16 mai avait été reportée, en raison de la tenue des élections législatives. Le mouvement social s’était donc arrêté le 5 mai, afin que les législatives se déroulent dans de bonnes conditions.

La grève devrait fortement perturber le système universitaire, alors que les étudiants algériens s’apprêtent à passer leurs examens de rattrapage.

Notez cet article