Les médecins formés en Algérie ont de plus en plus tendance à s’expatrier à l’étranger, pour exercer leur métier. Ils sont « plus de 6000 médecins ayant suivi leurs études en Algérie ont quitté le pays », a expliqué à l’APS le Pr. Moussa Achir, pédiatre à l’Hôpital Bir-Traria.

6000 médecins préfèrent la France à l'Algérie / DR

La plupart d’entre eux choisissent de s’installer en France, où ils auront des opportunités plus intéressantes en termes de salaire et de projet professionnels. La France les accueille volontiers car ils représentent un effectif à bas coût dont elle a besoin. En Algérie, à la sortie de leur formation les médecins sont envoyés dans les régions intérieures du pays, ou dans le sud. Leurs conditions de travail, et leur faible salaire, les poussent donc à opter pour la solution de l’étranger.

Des moyens pour les retenir

Ce constat n’est pas nouveau, déjà au mois de mars le professeur Louisa Chachoua du CHU Nafissa Hamoud à Alger alertait sur ces départs en masse. Pour parer à ce manque d’encadrement, les praticiens demandent à l’Algérie de développer les nouvelles technologies dont la télémédecine pour que les médecins puissent donner leurs avis médicaux à distance. Cette solution est pratiquée dans les pays développés car elle est moins coûteuse et moins pénible pour le patient, a conclu Moussa Achir.

Notez cet article