Algérie : les projets en cours consomment encore 5 milliards d’euros

0
110

L’Etat finance tous les projets ou presque. C’est ce qu’on peut comprendre de la présentation du projet de loi de finances 2013 par le ministre des finances Karim Djoudi.

Le projet présenté hier aux députés consacre un budget de 554,7 milliards de dinars pour les réévaluations des programmes déjà en cours de réalisation. « Cette enveloppe financière se répartie notamment entre la couverture des charges financière, de la réévaluation des projets en cours d’exécution avec un montant de 417,9 milliards de DA, l’autorisation du programme de la route des hauts plateaux (96,6 mds de DA) ainsi que les travaux de la réhabilitation de oued el-Harrach avec 28,6 mds de DA» a déclaré Karim Djoudi, le ministre des finances lors de la présentation du projet de loi de finances 2013 à l’APN, selon l’APS.

Dans une déclaration à la presse à la conclusion de la première séance consacrée à la présentation et au débat de projet de loi, Karim Djoudi a expliqué les raisons de ce premiers coûts. Le ministre estime que les cinq milliards d’euros qui seront rajoutés au programme déjà en cours de réalisation sont «dû à l’écart entre les coûts prévisionnels des projets et les coûts définitif fixés suite aux résultat d’appels d’offres lancés par les différents secteurs» rapporte l’APS.

Le projet de loi 2013 ne prévoit aucune augmentation d’impôt ni de taxe. On note que ce projet de loi prévoit la création de 52 672 nouveaux postes d’emploi dans la fonction publique durant l’année 2013. Avec ces nouveaux postes, la fonction publique atteindra deux millions de fonctionnaire, estime le quotidien al-Nahar al-Djadid.

I.C