Dernier sauvetage de la peine de mort pour les prisonniers algériens retenus en Irak

0
70

Les prisonniers algériens détenus en Irak risquent toujours la peine de mort, les autorités algériennes envisagent enfin de nouvelles mesures pour leur venir en aide, et demandent des comptes à l’Irak.

Les prisonniers algériens sont retenus pour activités terroristes / DR

Cela faisait plusieurs jours que les familles des prisonniers appelait l’Algérie  à agir auprès autorités irakiennes, afin d’organiser l’extradition des prisonniers algériens actuellement retenus dans les prisons irakiennes.

« Sauvez mon fils. Ne le laissez pas avoir le même sort que celui de Saddam Hussein, égorgé comme un mouton de l’Aïd », avait déclaré le frère de Tarek Rif, l’un des prisonniers, au quotidien Echorouk.

Le ministère des affaires étrangères (MAE) est sorti de son silence ce vendredi 12 octobre. « Je confirme que l’ambassadeur d’Irak à Alger a été convoqué hier (jeudi) au ministère des Affaires étrangères et son attention a été fermement appelée sur le manque de coopération des autorités irakiennes concernées sur la question des ressortissants algériens détenus en Irak », a affirmé Amar Belani,  le porte-parole du MAE.

Retenus pour activités terroristes, ils sont encore retenus en Irak et risquent la peine de mort. L’un des ressortissants algériens a été exécuté le dimanche 7 octobre  en même temps que dix autres détenus irakiens, et cela malgré les demandes de moratoire de la communauté internationale.