Des étudiants algériens ont décidé de révolutionner le milieu scientifique algérien en développant une publication scientifique pour les étudiants et les professionnels de ce milieu, qui ne dispose d’aucune ressources dans le pays. Soria Kafi, une jeune étudiante en 3ème année de médecine est l’initiatrice de ce projet. Accompagnée d’une rédaction de 17 étudiants algériens ainsi que de plusieurs collaborateurs, elle espère mener jusqu’au bout ce projet. Pour cela, elle est passée par la plateforme d’aide kiss kiss bank bank, qui l’aide actuellement à récolter les fonds nécessaires, pour lancer son magazine La santé de nos jours.

Pourriez-vous nous expliquer en quoi consiste votre projet ?

Nous voulons créer une revue de vulgarisation médicale estudiantine à publication semestrielle offerte gratuitement aux étudiants des branches médicales, qui portera le nom de « La santé de nos jours » et parallèlement créer la version web. C’est une plateforme pour éditer les écrits et analyses d’étudiants dans le domaine scientifique plus précisément médical pour leur permettre de s’exprimer dans un cadre universitaire.

Pour quelles raisons avez-vous souhaité vous lancer dans cette aventure?

Il n’existe aucune plateforme en Algérie qui permet aux scientifiques d’être publié alors pour des étudiants c’est juste impossible d’y penser dès lors qu’on sait que dans le monde c’est une évidence et cela même au lycée.  Alors pourquoi pas chez nous? Il y a quelques temps, j’ai eu l’idée d’être publiée dans une revue scientifique spécialisé en médecine et j’ai fait des recherches, ce qui m’a permis de découvrir qu’une bonne partie de la communauté scientifique algérienne partageait avec moi cette ambition. J’ai également appris qu’un bon nombre de scientifiques algériens faisaient des découvertes et essayaient vainement d’être publiés et là j’ai compris que même les revues scientifiques régulières n’existent pas en Algérie. Aucune revue médicale mondiale n’arrive jusqu’aux étudiants car l’abonnement coûte trop cher. J’ai donc décidé de créer cette revue. L’idée a plu dans mon entourage, qui a adoré le concept. J’ai donc fait le choix de la version papier au lieu d’une version numérique (moins coûteuse) et parce que ce sera plus pratique d’avoir une revue concrète sur papier que l’on peut feuilleter n’importe où.

Pourquoi être passée par Kiss Kiss Bank Bank ?

La revue étant proposée gratuitement nous devions trouver l’argent nécessaire à sa publication et l’idée à l’origine était de chercher des sponsors dans l’industrie pharmaceutique et leur proposer une visibilité conséquente dans la revue et le site web sous forme de publicité, mais il est très difficile d’avoir leur attention et au moment ou j’ai perdu tout espoir, une amie m’a fait découvrir le site kiss kiss bank bank et c’était la dernière chance que j’attendais.

 Que pourrait apporter ce type de publication dans votre milieu ?

Publier un article, lire l’actualité scientifique,  l’idée nous est tout simplement inhabituelle. Je voulais que cela devienne une évidence et que chaque étudiant au moins une fois dans sa vie estudiantine publie un article dans une revue tout en étant au courant des actualités dans le milieu scientifique tout au long de son cursus universitaire.

Notez cet article