La démocratie algérienne n’est pas encore un idéal selon Hillary Clinton qui estime que l’Algérie peut mieux faire.

Hillary Clinton, secrétaire d’état américaine/ DR

«L’Algérie peut beaucoup gagner si elle prend exemple sur ses voisins, mais elle a néanmoins fait quelques pas en avant» a déclaré Hillary Clinton, lors de la conférence, « Maghreb in transition ».

La secrétaire d’état amérciaine a souligné l’évolution de nos voisins tunisiens et libyens et même le Maroc qui n’a pourtant pas fait son « printemps arabe ». L’Algérie semble être la dernière de la classe dans la défense des droits de ses citoyens.

Même au sein du pays des doutes planent sur la capacité de l’Algérie a instauré une démocratie entière. Le président de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’homme Me Farouk Ksentini, avait affirmé, la semaine dernière, qu’il n’y avait pas de volonté délibérée d’atteinte aux droits de l’homme de la part du gouvernement.

Pour Hillary Clinton, «Il faut soutenir les droits fondamentaux des citoyens, et autoriser la société civile à travailler en pleine liberté …c’est ce que j’avais recommandé au président Bouteflika en février dernier.»

Une bonne note

Tout n’est pas noir, puisque la secrétaire d’état américaine a tenu à féliciter l’Algérie pour ses réformes. «Elle a organisé des élections législatives en Mai dernier, et fait inédit, elle a autorisé des observateurs internationaux pour suivre sur place le scrutin» remarque t elle. «L’Algérie a également réussit à désamorcer les tensions de sa rue, mais il reste gros à faire» a-t-elle estimé.

AB