Malgré le recul enregistré dans les importations du blé, l’Algérie reste toujours l’un des consommateurs de blé les plus importants dans le monde avec environ 80 million de quintaux par an.

Et pourtant, les importations algériennes de blé dur et tendre affichent une baisse tangible durant les 9 premier mois de l’année en cours. Elles passent de 2,18 milliards de dollars durant la même période de l’année 2011 à 1,49 milliards de dollars au mois de septembre 2012, reculant de plus de 31,6% a-t-on appris de l’APS. La raison de ce recul est due à la bonne récolte de cette année qui avoisine les 50 millions de quintaux.

Selon le Conseil National de l’Informatique et des statistiques (CNIS) relevant des douanes algériennes, en  volume, les importations du blé ont atteint 4,6 millions de tonnes entre janvier et septembre 2012, contre 5,75 millions de tonnes à la même période en 2011, soit une baisse de 20%, précisent les chiffres de la même source.

Notez cet article