Après l’alerte de la FAO (agence de l’ONU pour l’Alimentation et l’Agriculture) sur l’arrivée de criquets pèlerins dans les pays du Maghreb, l’Algérie s’est préparée à cette menace, en mettant en place des moyens logistiques importants.

« A court terme, nous nous attendons pas à une invasion. C’est une forte probabilité étant donné qu’il y a un mouvement en Mauritanie », a affirmé le ministre de l’agriculture et du développement rural, Rachid Benaïssa.

Toutefois « les moyens financiers et le matériel logistique sont en place », pour faire face à la menace acridienne, a indiqué M. Benaïssa, en appelant toutes les parties concernées à « ne pas baisser le degré de vigilance ».

Toutefois l’Algérie n’est pas totalement à l’abri car la situation actuelle  est trouble au Sahel notamment au nord du Mali ne permet de connaître les informations sur l’activité acridienn. »La situation actuelle se caractérise par une présence de plusieurs individus de criquets sur de grandes superficies au niveau du Mali et du Niger », explique un responsable de l’Institut national de protection des végétaux. Assurant que « Quoi qu’il en soit, l’Algérie a pris toutes les mesures nécessaires et utiles pour faire face à n’importe qu’elle évolution de la situation acridienne. »

AB/APS

Notez cet article