Le « morsimètre » vise à faire le bilan des 100 premiers jours de Mohamed Morsi, premier chef de l’Etat égyptien démocratiquement élu,  et si l’Algérie envisageait la même évaluation pour son nouveau premier ministre ?

Seulement 10 sur 64 mesures ont été appliquées / DR

Les Egyptiens se sont réunis pour un bilan politique dans un endroit surprenant : le Stade du Caire. Les tribunes étaient remplies pour écouter Morsi qui pris les rênes du pays en juin 2012. Dans un discours à la nation le président égyptien a expliqué que 75 % des objectifs fixés ont été atteints. Un chiffre qui, d’après le président, pourrait être encore meilleur, si le trafic et la corruption n’étaient pas si présents dans le pays.

Avant ce bilan, les Egyptiens ont pu suivre de près les évolutions des mesures entreprises par le nouveau président grâce aux médias et avec un outil internet mis en place par des activistes égyptiens « morsimeter« . Des objectifs chiffrés présentaient la mise en application des promesses de Mohamed Morsi au fur et à mesure.

Morsimeter à la hausse…

Dans son bilan présenté au Stade du Caire, le président s’est félicité de la distribution du pain à 80% et du carburant à 85%. Il a ajouté qu’il a effectué 9 visites officielles à l’étranger qu’il a effectué depuis le début de son mandat ont permis de relancer l’économie nationale égyptienne et de booster la production nationale.

… Puis à la baisse

Cependant, les activistes égyptiens ont surveillé leur « morsimeter », et ont découvert que le président n’a réalisé que 10 des 64 promesses faites au peuple. Les secteurs de la sécurité, de la circulation et de la propreté sont les mesures les moins avancées. Même si l’opposition reconnait des avancées notables, notamment dans la justice et le maintien de l’ordre. « De nombreux Égyptiens pensent que Morsi ne s’est pas assez concentré sur les problèmes intérieurs », tempère Sonia Dridi, correspondante FRANCE 24 au Caire.

Néanmoins le nouveau gouvernement égyptien continue l’application des mesures selon le MorsiMeter avec 24 projets en cours de réalisation sur les 54 restants.

Un sellalmeter en Algérie peut-il être réalisable ?

Les 100 premiers jours sont les plus importants dans la prise de fonction d’un président. Et pour un premier ministre ? Abdelmalek Sellal, le premier ministre algérien qui a pris ses fonctions depuis 40 jours maintenant pourrait-il faire l’objet d’un « sellalmeter » ? A l’image de l’Egypte qui joue la carte de la transparence, l’Algérie pourrait également faire son bilan.

Faisons une simulation. Les promesses de Sellal concernaient : la réconciliation nationale, la lutte contre la corruption, la réhabilitation du service public, la diversification des formules de logement. En somme la ligne politique est « d’améliorer le quotidien ».  Qu’a fait le gouvernement depuis ? La lutte contre le marché informel est devenu leur priorité, c’est vrai. Un projet de 150 000 logements AADL a été prévu mais apparemment cette nouvelle offre sera bien plus chère. Des emplois devraient être créés dans la fonction publique, mais seulement en 2013.

Le plan d’action de M. Sella n’a été adopté que fin septembre alors laissons-lui quelques semaines pour faire le bilan. Mais pendant ce temps où placeriez-vous le curseur du « sellameter »?

La rédaction