L’Arabie saoudite n’autorise pas la venue des Ougandais musulmans qui veulent se rendre à La Mecque pour le hajj car une alerte au virus ébola a récemment été lancée en Ouganda.

Une épidémie du virus ébola a éclaté en juillet dernier dans le centre-ouest de l’Ouganda, mais a été rapidement maîtrisée. Depuis le 4 octobre le virus ébola a été déclaré écarté par l’Organisation mondiale de la santé. Pourtant l’Arabie saoudite maintient son interdit, qui empêche plus de 900 musulmans ougandais à  faire leur pèlerinage.

Le chef du Conseil suprême musulman d’Ouganda sur le pèlerinage, cheikh Ibrahim Kiirya, a déclaré avoir reçu du consulat saoudien à Kampala des instructions indiquant qu’ils ne pouvaient être acceptés même après la fin de l’épidémie d’ébola.

Les candidats ougandais avaient commencé à organiser leur pèlerinage. Leurs billets d’avions étaient réservés, les demandes de visas déposées. Ils auraient dû partir le 10 octobre, si cette interdiction n’était pas tombé comme un couperet.

Le président ougandais Yoweri Museveni s’est entretenu la semaine dernière avec l’ambassadeur saoudien en Ouganda Abdul-Aziz Raffa, appelant l’Arabie saoudite à lever son interdiction et à autoriser les pèlerins ougandais à s’acquitter de leur devoir religieux.

AB