L’Algérie ne serait plus opposée à une intervention militaire au nord du Mali pour déloger les groupes djihadistes qui dominent depuis des mois ce vaste territoire.

 Selon l’agence Britannique Reuters, « l’Algérie a donné son accord tacite à une éventuelle intervention militaire africaine dans le nord du Mali ». Reuters cite à ce propos des sources diplomatiques « algériennes et françaises ».  « Au bout du compte, nous ne nous opposerons pas à une intervention militaire au Mali tant que des troupes étrangères ne stationnent pas sur notre territoire », a confié à ce sujet à Reuters « une source algérienne informée des discussions sur le Mali », précise-t-on.

De son côté, un haut diplomate français  croit savoir que « l’Algérie accepte désormais le principe d’une intervention militaire, ce qui n’était pas le cas auparavant. » Selon les révélations faites par ce diplomate à l’agence Reuters, » Alger a changé de position à la suite de la réunion du Groupe de soutien et de suivi sur le Mali ayant rassemblé divers acteurs régionaux et internationaux le 19 octobre à Bamako ».

La Rédaction