La bureaucratie algérienne est un enfer pour beaucoup d’Algériens, le premier ministre Abdelmalek Sellal s’est engagé à lutter contre le système bureaucratique qui favorise tracas et corruption.

Qu’elles relèvent du domaine personnel ou professionnel, les démarches administratives sont contraignantes pour un grand nombre d’Algériens. Demander  des documents officiels, tels qu’un acte de naissance relève de l’exploit et certains chefs d’entreprise sont ralentis par la bureaucratie dans leur activité. Ils reconnaissaient dans une étude menée dans le cadre du recensement économique que c’était l’une des plus grandes difficultés dans la création d’entreprise. Elle ferait même fuir les investisseurs étrangers qui ne souhaitent pas affronter la bureaucratie algérienne.

Abdelmalek Sellal a donc annoncé « l’examen des dossiers relatifs à l’organisation de l’administration et la lutte contre la bureaucratie et améliorer les conditions de vie du citoyen », comme une priorité du gouvernement.

Le premier ministre a également promis que l’Etat s’attaquerait à la corruption qui gangrène l’administration algérienne, devenue le meilleur recours pour faciliter ses démarches. M. Sellal a annoncé à ce propos que l’office national de lutte contre la corruption relevant du ministère des finances lancera « une action de grande envergure pour lutter contre ce fléau ».

Notez cet article