Algérie : l’Etat refuse d’accorder des subventions financières aux nouveaux partis

0
75

La polémique fait  rage à quelques jours de la tenue des élections locales prévues le 29 novembre prochain. Les petits partis aux  budgets insignifiants et aux moyens dérisoires ont réclamé des subventions financières à l’Etat pour pouvoir mener leur campagne. 

Mais ces petits partis n’ont guère obtenu gain de cause car le ministère des Finances a refusé catégoriquement de leur accorder des subventions financières. C’est  le président de la Commission nationale indépendante de surveillance des élections locales (Cnisel), Mohamed Seddiki, qui a annoncé cette nouvelle.

Mohamed Seddiki a déploré le refus du ministère des Finances car il estimé que les petits partis n’ont nullement les moyens matériels pour mener campagne à l’opposé des autres partis qui dominent la scène politique tels que le RND et le FLN. Dans une déclaration au site TSA, Mohamed Seddiki a même menacé de saisir le Premier Ministre, Abdelmalek Sellal, pour défendre la cause de ces petits partis.

Mais selon plusieurs sources concordantes, Sellal n’est pas prêt à tendre une oreille attentive au président de la CNISEL car il estime que les subventions financières accordées à ces partis sont susceptibles  d’ouvrir la voie à la corruption et au détournement des deniers publics.

La Rédaction