L’ONG Amnesty International a dénoncé la suspension du stage d’avocat de Youcef Benbrahim. Le bâtonnier de Sidi Bel Abbès l’avait mis à l’écart pour des raisons religieuses.

« Amnesty International est très préoccupée par la nouvelle de la suspension du stage d’avocat de Youcef Benbrahim, vice-président d’Amnesty International Algérie et avocat stagiaire au barreau de Sidi Bel Abbès, après que celui-ci a été informé oralement de cette décision », rapporte l’AFP, qui cite Amnesty International.

Advertisement

L’organisation prend la défense de Youcef Benbrahim, stagiaire avocat et militant, dont le stage a été compromis, car le bâtonnier avait des doutes sur sa foi musulmane.  Mohamed Othmani, le bâtonnier, avait même confirmé à la presse qu’il devait vérifier si Youcef était bien musulman pour qu’il devienne avocat. Amnesty  a exprimé son mécontentement, « de telles déclarations, si elles étaient avérées, seraient extrêmement préoccupantes. En effet, en vertu du Pacte international relatif aux droits civils et politiques ratifié par l’Algérie, +toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion+ », rappelle l’ONG.