Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a assuré les responsables du FFS qu’il n’y aura pas de bureaux spéciaux lors des élections locales qui se dérouleront jeudi 29 novembre prochain.

Le Premier ministre, qui a reçu lundi après-midi le premier secrétaire national, Ali Laskri et Rachid Halet, membre du bureau du parti, a répondu aux inquiétudes du FFS. « M. Sellal a affirmé qu’il a fait effectuer des enquêtes dans certaines localités en donnant l’exemple d’Adekar pour s’assurer de l’absence de bureaux spéciaux », a indiqué un communiqué de la direction du FFS mis en ligne cet après-midi. Le document, signé par Ali Laskri, rappelle les assurances données la semaine passée par le ministre de l’Intérieur, Daho Ould-Kablia, selon lesquelles les militaires voteront dans leurs communes d’origine par « procuration ».

Devant les responsables du Front des forces socialistes, le Premier ministre a reconnu que le fichier électoral n’est pas totalement assaini et que le gouvernement pourrait faire recours à des compétences étrangères pour cela.

Pour donner des gages de transparence, Abdelmalek Sellal a assuré à la direction du FFS qu’il avait «demandé aux institutions concernées de réduire dans la mesure du possible les bureaux itinérants. Il a confirmé que le contrôle par les partis est possible dans tous les bureaux».

La semaine dernière, une délégation du FFS avait été reçue par le ministre de l’Intérieur, Daho Ould-Kablia.