Les violences faites aux femmes touchent même les personnes âgées. Une vieille dame a été retrouvée morte seule dans son logement. Délaissée, par son fils qui l’avait enfermée dans son appartement, elle serait morte de faim.

Cette Algérienne âgée de 78 ans a été retrouvée trois jours après sa mort, à son domicile situé dans le quartier de Bousekine, à Skikda. Il aura fallu trois longs jours pour que quelqu’un découvre le corps inanimé de cette mère de famille, rapporte le quotidien Echorouk.

Elle avait pourtant deux fils, alors comment un tel drame a-t-il pu arriver ? La police de la daïra d’El Kol, à l’ouest de Skikda, a ouvert une enquête pour en savoir plus sur la mort de la femme. Mais les premiers éléments indiquent qu’elle serait morte de faim. Personne n’a pu s’occuper de cette mère de famille car l’un de ses fils vivait à Alger, et le deuxième souffrait de troubles mentaux.

C’est ce qui a mené ce deuxième fils à oublier sa mère pendant un mois. Il était sorti, enfermant à clés sa mère, sans nourriture ou médicaments, alors qu’elle souffrait d’une maladie chronique. La pauvre femme n’a pas survécu et elle est morte de faim.

Ce triste fait divers souligne plus que jamais le problème de la gestion des personnes âgées en Algérie. Pour les seniors sans familles, les structures d’accueil restent insuffisantes et peu d’Algériens pensent à ce recours. Une alternative pour prendre soin des personnes âgées devra être envisagée, surtout si l’on prend en compte le paramètre du vieillissement de la population algérienne qui devrait s’accélérer dans les 40 prochaines années.