Le célèbre écrivain israélien A.B. Yehoshua, défenseur habituel de la paix s’est radicalisé, et prône désormais des solutions coercitives contre Gaza. Dans une interview qu’il a accordée au quotidien italien La Repubblica, lors de l’offensive israélienne, il a appelé à couper les vivres aux Palestiniens.

De la paix à la guerre, il n’y a qu’un pas. Cet écrivain israélien semble l’avoir fait. A.B. Yehoshua, qui défendait l’importance de la réconciliation entre Israéliens et Palestiniens a finalement oublié ses idéaux et parle désormais de guerre et d’ennemi. Des déclarations choquantes pour l’un des auteurs israéliens les plus célèbres.

« Le temps est venu pour Israël d’admettre que Gaza est un ennemi. Et d’agir en conséquence : cesser de fournir de l’électricité et de faire passer de la nourriture. Déclarer officiellement que nous sommes en état de guerre et agir en conséquence », a-t-il déclaré au quotidien italien.

Faire mourir de faim des populations civiles ne semble pas choquant pour l’auteur soit-disant épris de liberté et de paix. A la question, « et les habitants, et les civils ? « , A.B. Yehoshua, assume et répond : « Vous n’êtes pas sans savoir que les civils sont toujours les premières victimes d’une guerre. »

« Nous parlons d’un État, qui possède sa propre armée et l’utilise contre nous. À quoi ça rime dans cette situation de sélectionner les méchants à éliminer ? Ça ne marche pas, nous l’avons déjà vu. Il faut clarifier la situation une bonne fois pour toutes. » Et d’ajouter : « Je pense que la paix ne peut pas se faire avec Gaza. Avec le gouvernement de l’Autorité palestinienne, il y a moyen de discuter : nous pouvons négocier le gel des implantations et le retour aux frontières de 1967. Mais Gaza ne relève pas de l’autorité du gouvernement palestinien, Gaza c’est une autre histoire. »

Notez cet article