Le gouvernement algérien a annoncé lundi qu’il vient d’adopter un décret exécutif à travers lequel il réactive « le fonds de soutien aux organes de presse ». A ce propos, un communiqué du ministère de la Communication explique que ce fonds proposera des subventions financières « aux organes de presse écrite, audiovisuels et électroniques, et aux actions de formation et de perfectionnement des journalistes et intervenants dans les métiers de la communication ».

Selon la même source, « les critères d’octroi des subventions et financement de ce fonds doté de 390 millions de dinars, seront fixés par une commission spécialisée instituée auprès du ministère de la Communication, les droits et obligations des parties bénéficiaires seront précisés par un cahier des charges ». D’un autre côté, un autre décret relatif à « la couverture sociale des journalistes, des collaborateurs de presse contractuels ainsi que les universitaires et les experts contribuant aux activités journalistiques rémunérées à la tâche » a été également adopté par le gouvernement.

« Les journalistes et collaborateurs de presse ou pigistes rémunérés à la tâche et qui ne sont pas assurés au titre d’une activité, le taux de cotisation est calculé sur la base de la rémunération perçue. Il est fixé à 13,25 %, se répartissant sur l’employeur avec un taux de 12 % et le journaliste qui aura à sa charge 1,25 % », précise enfin le ministère de la communication.