Le Service jésuite pour les réfugiés (JRS) dénonce la situation des migrants en Algérie. Dans son rapport annuel sur la situation des réfugiés, cette organisation catholique internationale qui a pour mission d’accompagner, servir et défendre les droits des réfugiés dans le monde, a accusé l’Algérie de fuir ses responsabilités et d’abandonner la prise en charge ainsi que la protection des  migrants qui se réfugient sur son territoire.

Cité par le quotidien français La Croix, ce rapport, remis jeudi 6 décembre à l’Union Européenne,  explique  qu’en Algérie « un grand nombre de migrants sont bloqués sans protection, ceux-ci sont souvent obligés de mendier dans les rues et de vivre dans des constructions abandonnées » ! D’après les auteurs de ce rapport, les autorités algériennes refusent de délivrer des autorisations de travail à ces migrants d’origine sub-saharienne. Dans ce contexte, ils se retrouvent dans une situation déplorable et livrée à eux-mêmes.

D’autre part, ce même rapport ne manque pas d’épingler le Maroc  où les autorités « sont connues pour déporter souvent des personnes directement à la frontière sans examiner leur situation personnelle ». « Par conséquent, poursuit le rapport, de nombreux Africains d’Afrique sub-saharienne, avec statut de réfugié, et même certains qui avaient un visa légal, ont été expulsés à la frontière pour très peu d’autre raison que la couleur de leur peau ». Enfin, le Service jésuite pour les réfugiés a demandé à l’Algérie de « laisser aux ONG internationales la liberté d’intervenir, ainsi que de respecter les engagements que ces deux pays ont pris à l’égard des migrants. Notamment la convention des Nations unies signée en 1951« .