Des courants islamistes extrémistes takfiristes cherchent à répandre la « Fitna » en Algérie, a révélé le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Bouabdallah Ghlamallah en marge de la rencontre nationale des inspecteurs des affaires religieuses et du wakf, organisée lundi à Dar El-Imam de Mohammadia, à Alger. Selon le ministre, la menace est à prendre très au sérieux car la société algérienne n’est vraiment pas à l’abri des « idées et courants de pensée déviationnistes »

Ces courants cherchent à perturber « les pratiques religieuses dans le pays », a mis en garde Bouabdallah Ghlamallah qui a demandé aux imams et mourchidate de faire preuve de vigilance. Le ministre n’a pas hésité également à accuser les prédicateurs saoudiens, syriens, yéménites et iraniens de vouloir propager la haine entre les Algériens en tentant de  propager des idées et courants de pensée « contraires à nos règles et principes religieux ». Ces prédicateurs opèrent, explique Bouabdallah Ghlamallh, par le biais des chaînes TV étrangères et des conférences religieuses auxquelles de plus en plus d’Algériens sont invités à y assister. Pour lutter contre cette propagande idéologique,  le ministre a appelé  les inspecteurs des affaires religieuses à occuper le terrain de la prédication et de la sensibilisation pour œuvrer à l’enseignement et au renforcement des vraies valeurs de la culture musulmane algérienne dans les mosquées.

Notez cet article