L’opération terroriste contre le site gazier de Tiguentourine n’aurait jamais pu être mise en place par les terroristes du groupe dirigé par le djihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar sans le soutien logistique des islamistes libyens, a révélé mardi l’AFP qui cite « une source islamiste très proche des groupes extrémistes en Libye ». Selon cette source,  « le commando islamiste qui a mené la prise d’otages meurtrière sur un site gazier du sud-est de l’Algérie avait des contacts avec des islamistes libyens qui lui ont fourni une aide logistique », a-t-on expliqué.

D’après l’AFP, cette source anonyme  n’a pas précisé la nature de cette « aide », mais elle « a reconnu que des islamistes libyens ont été chargés d’établir le contact entre les ravisseurs et les médias ». D’autre part, grâce aux milieux islamistes libyens, de nombreux médias internationaux « ont pu se procurer des numéros de téléphone de ravisseurs », reconnaît l’AFP qui a remonté, elle aussi, jusqu’aux ravisseurs en utilisant les mêmes contacts fournis par les islamistes libyens.

Cependant, « il n’y avait pas de Libyens dans le groupe qui a mené l’attaque », croit savoir cette source  même si elle précise qu' »il y avait des contacts » entre les assaillants et des Libyens d’obédience islamiste djihadiste. Citée par l’AFP, cette source a affirmé enfin « que les islamistes libyens n’avaient aucun lien organisationnel avec le groupe qui a commandité l’attaque, à savoir celui des « Signataires par le sang » de Mokhtar Belmokhtar.