Le ministre des affaires étrangères norvégien Espen Barth Eide a indiqué que la Norvège disposait de rapports prouvant qu’il y a bien eu des complicités au sein du personnel du complexe gazier lors de la prise d’otages.

« Nous avons des rapports selon lesquels les terroristes avaient des personnes à l’intérieur qui ont préparé le terrain dans la durée », a déclaré Espen Barth Eide au tabloid norvégien Verdens Gang. Ajoutant  qu’« Ils avaient par exemple prépositionné du matériel sur le site. »

La thèse d’une éventuelle complicité avec les terroristes a été maintes fois évoquée. Les forces de sécurité algériennes avaient d’ailleurs mené une enquête dans ce sens, interrogeant plusieurs otages libérés sur le déroulement de l’attaque. Le journal norvégien, qui cite le Ministre des affaires étrangères a également indiqué que des ex-otages ont affirmé que les assaillants savaient précisément où se trouvaient les expatriés dans l’immense complexe.

Jusqu’à présent, la seule information vérifiée et officielle qui faisait état d’éventuelles complicités, était la présence d’un ancien chauffeur de la compagnie BP, au sein du commando qui avait mené l’attaque. Ce dernier avait donc aidé les ravisseurs pour faire des repérages dans la base. Il se pourrait donc qu’il y ait eu bien plus de complices qu’on le croit.

La rédaction avec AFP

Notez cet article