La compagnie britannique BP est toujours sans nouvelles de ses cinq travailleurs étrangers qui ont disparu à la suite de l’attaque terroriste  contre le site gazier de Tiguentourine, situé à 34 KM d’In Amenas.  A ce sujet Bob Dudley, le patron de BP, a précisé mardi qu’il « craignait le pire » pour quatre de ses salariés portés manquants, rapporte l’AFP. « Nous sommes gravement préoccupés pour ces collègues et redoutons qu’il y ait un mort ou plus parmi eux », a précisé encore le PDG de BP.

Par ailleurs, une source sécuritaire algérienne aurait confirmé à l’AFP qu’il n’y avait « toujours pas de nouvelles des cinq étrangers disparus ». A en croire l’agence de presse française, à la morgue de l’hôpital d’In Amenas, un porte-parole a déclaré à l’AFP qu’il « ne restait plus que les corps des terroristes » dans  cet établissement hospitalier. Sur le plan sécuritaire, l’armée algérienne aurait pris des mesures draconiennes pour garantir la sécurité des sites gazier de la région d’In Amenas. A ce propos, une source sécuritaire algérienne révèle aussi à l’AFP : « désormais, c’est l’armée qui surveille Tigantourine, le complexe gazier, et pour tous les autres sites du pays, les effectifs des agents de sécurité ont été doublés et l’armement renforcé ».