L’Algérie reconnaît son retard dans le développement de son tourisme et compte relever le défi de moderniser ses infrastructures et en faisant de fêtes culturelles des évènements spéciaux pour attirer les touristes.

Il est temps pour l’Algérie de profiter de son patrimoine culturel pour en faire une richesse touristique. C’est en somme ce que souhaite le secrétaire d’Etat auprès du ministère du Tourisme et de l’Artisanat , chargé du Tourisme, Hadj Said Mohamed Amine. A l’occasion de la célébration de la fête Yennayer, ce weekend, il a évoqué l’idée de faire de cet évènement une date spéciale pour attirer les touristes. « Yennayer constitue au-delà de ses dimensions culturelles, historiques, des us et coutumes qui l’entourent, un produit touristique qu’il convient de valoriser et de mettre au service de la promotion de la destination Algérie », a estimé Hadj Said Mohamed Amine.

Outre la valorisation des fêtes culturelles, il a souligné la nécessité urgente de renforcer les capacités d’accueil culturelles. L’Algérie « accuse un énorme déficit qualitatif en termes de structures touristiques d’accueil, par rapport aux normes internationales », a lancé le secrétaire d’état et a précisé qu’il était indispensable d’encourager l’investissement et le développement de plusieurs offres d’accueil pour les touristes afin d’instaurer une concurrence, « laquelle aura pour effet inéluctable d’entraîner l’amélioration des prestations par une meilleure adaptation de l’offre à la demande ».

La rédaction avec APS