La pénurie de poissons qui frappe de plein fouet le marché national est provoquée par les marins pêcheurs eux-mêmes ! C’est du moins ce que croit savoir  Hocine Bellout, président du Comité national des marins pêcheurs. Ce dernier a expliqué que de nombreux pêcheurs « ne respectent aucune réglementation ». Dimanche, dans un entretien accordé au quotidien francophone El Watan, Hocine Bellout a dénoncé des pratiques mafieuses qui mettent en danger les ressources halieutiques en Algérie.  « Ils pêchent dans n’importe quelle zone, en utilisant tous les moyens à leur portée, comme les filets interdits ou encore la dynamite. En plus de la pollution, le résultat ne peut être que catastrophique. Le poisson est aujourd’hui en train de quitter les côtes algériennes », a révélé cet interlocuteur d’après lequel même « la sardine, qui était abondante à un certain temps, est devenue l’une des 11 espèces menacées » !

Toutefois, le président du comité national des marins pêcheurs a pointé du doigt également  « la pollution, qui s’aggrave d’année en année » au niveau de nos côtes. D’ailleurs, la pollution « constitue le facteur numéro 1 » de la rareté du poisson. Mais « il y a aussi d’autres raisons qui entrent en jeu », nuance-t-il en déplorant  « le non-respect des périodes de repos biologique ou encore l’extraction anarchique du sable des côtes et le pillage du corail ». Pour remédier à tous ses problèmes qui empêchent le développement du secteur de la Pêche en Algérie, Hocine Bellout préconise la mise en place de la « Police de la Pêche ».
Il s’agit d’une revendication que les marins pêcheurs ont exprimé « depuis 2005 ». Depuis cette date-là, il a été demandé aux pouvoirs publics de procéder à « la création d’une police de la pêche pour renforcer le contrôle » des côtes et de la Pêche.  Malheureusement, « jusqu’à présent, nous n’avons rien vu venir. On nous dit que ces policiers sont en formation, mais jusqu’à quand ? », s’interroge enfin le président du Comité national des marins pêcheurs.
Notez cet article