En Algérie, même les mosquées ne sont pas épargnées par la colère. Des citoyens du centre et de l’ouest qui fréquentent les mosquées ont eu la désagréable surprise d’entendre les imams leur demander la Zakat pour alimenter le fonds créé par le ministère des Affaires religieuses.

Selon le quotidien arabophone El-Khabar, la raison de cette colère, qui touche à la fois les citoyens et les imams, se trouve dans des notes adressées par des Directions des Affaires religieuses de certaines wilayas aux imams les enjoignant d’effectuer des collectes d’argent au profit du «Fonds de la Zakat». Certains de ces imams avancent que cette note les a mis dans la gêne, car elle ne « répond à aucune exigence religieuse ou légale». D’autant plus que le « fonds de la Zakat» est habituellement alimenté par des donateurs volontaires ou par le biais de «l’impôt» annuel que paient les croyants. Ce dernier représente un 1/10 de la richesse accumulée annuellement. Selon toujours la même source, les imams, contraints de lancer l’appel au don, font face à une colère des citoyens. Ces derniers demandent souvent de connaître la destination de leur argent.  Le ministère des Affaires religieuses n’a donné, pour l’instant, aucune explication.

E. W.

Notez cet article