Vahid Halilodzic, l'entraîneur de l'équipe nationale algérienne / DR

« Un sentiment de profonde tristesse et d’abattement a terrassé samedi soir le coach des Verts Vahid Halilhodzic. Le sélectionneur national n’a pas mâchés ses mots et n’a pas retenu ses émotions.  

« On s’est vu très beaux, on a créé une équipe venue là pour gagner. J’avais dit que cette équipe avait un avenir, mais pour faire une grande équipe, on en est loin, et on s’est cassé le gueule », a-t-il avoué lors de la conférence de Presse qui a été organisée à la fin du match malheureux disputé par l’Algérie contre le Togo.  « Les Togolais ont passé deux fois la ligne médiane et marqué deux buts… Est-ce qu’il y a penalty ou pas, on peut pleurer, mais là je ressens une honte énorme », a regretté encore Vahid Halilhodzic qui n’a pas hésité à faire « un profond mea culpa ».

« On voulait jouer un football qui ne nous appartient pas, et on a reçu une gifle », a-t-il, toutefois, analysé. Le coach Vahid a refusé d’accuser les joueurs à la suite de leur inefficacité offensive.  « Je ne peux accuser personne, c’est moi qui ai choisi les joueurs », a-t-il indiqué à ce sujet même s’il a relevé que  « quand on a autant de possibilités de marquer, à ce niveau, on doit faire mieux ». Qu’en est-il maintenant de l’avenir de l’équipe nationale et de son staff technique ? A cette question,  Vahid Halilhodzic n’a pas répondu clairement. Mais il n’a pas omis de souligner que « cette équipe avec trois ou quatre nouveaux joueurs peut faire quelque chose dans la prochaine CAN ».  « J’assume tous mes choix, poursuit-il, les gars qui sont là se sont comportés fièrement, je n’accuse personne mais il faut réfléchir sur pas mal de choses dans le foot algérien, avec ou sans Vahid ». « J’ai beaucoup d’attachement avec cette équipe et ces joueurs, et je n’accuse personne », a confié enfin le coach bosniaque.
Notez cet article