Plusieurs diplomates européens ont vivement condamné la poursuite de la colonisation israélienne et ont appelé à des sanctions financière contre Israël, si l’Etat poursuivait sa politique.

Israël est dans la ligne de mire de plusieurs diplomates européens. Des chefs de mission ont rédigé un rapport dans lequel ils donnent leurs recommandations au sujet de la colonisation menée par l’Etat hébreu. Ces diplomates dénoncent une colonisation « systématique, délibérée et provocatrice ». En effet, le gouvernement israélien avait annoncé la construction de 3 000 logements dans des colonies en Cisjordanie, au lendemain de  l’accession de la Palestine au statut d’Etat observateur à l’ONU, à la fin de l’année 2012.

Cette décision avait déclenché un tollé au sein de la communauté internationale, dont ces diplomates européens qui n’ont cessé d’appeler le gouvernement israélien à revenir sur sa décision. Las d’attendre un revirement de la part d’Israël, ils vont désormais jusqu’à recommander d’« empêcher les transactions financières, de les décourager et d’informer sur leurs conséquences problématiques, y compris en ce qui concerne les investissements étrangers directs, en faveur des activités, des infrastructures et des services dans les colonies. » Ce seraient des sanctions conséquentes pour Israël, qui serait contrainte de ralentir la colonisation.

D’après les diplomates « pour que la solution à deux États se réalise, Jérusalem doit devenir la future capitale de deux États, Israël et la Palestine. » Alors que la colonisation serait un moyen d’empêcher la stabilité et la paix dans les relations israélo-palestiniennes et surtout, selon les diplomates, serait« la plus grande menace pour une solution à deux États. »

Israël, de son côté s’est dite déçue de cette décision estimant que la “mission d’un diplomate est de jeter des ponts et pas d’encourager la confrontation”, a précisé le porte-parole du ministère israélien des affaires étrangères, Yigal Palmor. « Ces consuls ont donc échoué dans leur mission diplomatique », a-t-il encore ajouté.