Le ministre de l’intérieur algérien rassure : la sécurité aux frontières est garantie. C’est du moins ce que laisse croire Daho Ould Kablia qui a affirmé,  jeudi à Illizi, au sud-est du pays, que les frontières de l’Algérie avec les pays du Sahel et à leur tête le Mali sont « protégées ».

 « Il n’y a aucune crainte quant à la situation sécuritaire aux frontières du sud du pays, car elles sont protégées par l’armée nationale populaire », a assuré Daho Ould Kablia. A l’occasion d’une rencontre régionale sur le développement dans la wilaya d’Illizi, une région qui abrite les sites gaziers d’In Amenas, théâtre en janvier dernier de l’opération terroriste qui s’est transformée en prise d’otages, Daho Ould Kablia a invité les citoyens à se mobiliser également pour renforcer la sécurité régionale. « Les habitants ont un rôle dans la stabilité de la sécurité des frontières », a répondu ainsi le ministre à ce sujet lorsqu’il a été interrogé sur les craintes de la population de cette région des répercussions de la crise malienne sur le développement des régions du sud en Algérie.  Signalons enfin que le mouvement associatif et des représentants de la société civile ont pris part aux travaux de cette rencontre régionale qui n’a pas manqué de revenir sur l’attaque terroriste de Tiguentourine et ses conséquences sur la sécurité régionale et nationale.

Advertisement