Énorme surprise au Vatican. Le Pape Benoît XVI a annoncé lundi sa démission à partir du 28 février pour des raisons de santé. Cette annonce a provoqué une véritable onde de choc dans le monde catholique. Pour la première fois de l’histoire de la chrétienté, un Pape démissionne.  A ce sujet, le doyen des cardinaux du Vatican, Mgr Angelo Sodano, n’a pas hésité à qualifier la démission du pape Benoît XVI de « coup de tonnerre dans un ciel serein ».

 

Dans une conférence de presse, le porte-parole du Vatican,  le père Lombardi, a expliqué que «le pape nous a pris un peu par surprise, en outre un jour férié pour le Vatican». Selon lui, le pape a «saisi l’occasion qu’un grand nombre de cardinaux étaient réunis à Rome» pour le consistoire. «La plupart n’en avaient pas été informés à l’avance», a-t-il assuré. Selon cette même source, Benoît XVI, a expliqué n’avoir «plus les forces» de diriger l’Eglise en raison de son âge. «Après avoir examiné ma conscience devant Dieu, à diverses reprises, je suis parvenu à la certitude que mes forces, en raison de l’avancement de mon âge, ne sont plus aptes à exercer de façon adéquate le ministère pétrinien», a indiqué le pape en latin lors d’un consistoire au Vatican, dans la traduction en français qu’en a faite le Vatican par la suite. Le pape a souligné également que «dans le monde d’aujourd’hui, sujet à de rapides changements et agité par des questions de grande importance pour la vie de la foi, pour gouverner la barque de saint Pierre et annoncer l’Evangile, la vigueur du corps et de l’esprit est aussi nécessaire».

Cette décision n’a pas manqué aussi de susciter la réaction des dirigeants politiques du monde. A ce propos, le président de la République  François Hollande, la décision du pape de démissionner est « éminemment respectable ». « Je n’ai pas de commentaire particulier à faire », souligne-t-il devant la presse à Pierrefitte-sur-Seine, en marge de l’inauguration du nouveau bâtiment des Archives nationales.  De son côté,  le gouvernement Allemand a exprimé son « respect » et sa « gratitude » envers le pape d’origine allemande Benoît XVI. « Le gouvernement allemand a le plus grand respect pour le Saint-Père (…) et il mérite notre gratitude pour avoir mené l’Église comme il l’a fait pendant huit ans », a expliqué le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Seibert.

 La Rédaction avec AFP

Notez cet article