Le ministre britannique chargé de l’Afrique du Nord, Alistair Burt, effectuera dimanche et lundi une visite en Algérie, destinée au renforcement de la coopération entre les deux pays.

L’objectif de la visite, qui intervient peu de temps après celle du Premier ministre britannique David Cameron en Algérie (30-31 janvier), portera sur les questions de sécurité bilatérales et régionales, y compris la formation d’un nouveau Partenariat stratégique de sécurité entre le Royaume-Uni et l’Algérie qui tiendra sa première réunion prochainement, indique samedi une source diplomatique britannique.

Lors de son séjour en Algérie, M. Burt aura des entretiens avec plusieurs ministres dont le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel.

Les entretiens engloberont un éventail de questions régionales, comme la sécurité au Sahel, la Syrie et la Libye de même que les volets commerciaux et économiques, ajoute-t-on de même source.

« Je suis heureux d’être de retour en Algérie pour ma quatrième visite depuis que je suis devenu ministre britannique de l’Afrique du Nord. Les relations entre nos deux pays sont excellentes et la qualité et l’ampleur des échanges bilatéraux a augmenté de manière significative ces dernières années », a déclaré M. Burt à la veille de sa visite.

« Nous allons examiner la façon de faire avancer le programme fixé par le Premier ministre britannique, David Cameron, le président Bouteflika et le Premier ministre M. Sellal à la fin de janvier. L’intensification de notre dialogue sur la sécurité est cruciale en ce moment, mais nous continuons de mettre l’accent sur la prospérité et sur l’éducation, l’enseignement de la langue anglaise en particulier », a encore ajouté le ministre britannique.

La récente visite du Premier ministre britannique, David Cameron, est un signal « fort » de la volonté du Royaume-Uni d’approfondir « davantage » ses relations et sa coopération avec l’Algérie, estiment des observateurs à Londres.

Il s’agit d’un nouveau départ dans les relations bilatérales qui ont été « incroyablement positives », de l’avis des nombreux responsables britanniques qui se sont exprimés récemment sur l’Algérie, soulignant que les deux parties sont en train de mettre en place de « solides » fondements pour promouvoir de « façon remarquable » les relations bilatérales tous azimuts.

Outre le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères William Hague, Lord Marland et Lord Howell se sont également déplacés en Algérie.

Parallèlement à ces visites, le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci et le ministre chargé de la Communauté nationale à l’étranger, Belkacem Sahli se sont rendus au Royaume-Uni en novembre dernier.

Fin 2012, David Cameron a nommé Lord Risby en tant qu’Envoyé britannique pour le développement du partenariat économique avec l’Algérie, une démonstration de la force des liens actuels et l’expression de la volonté britannique de travailler davantage avec l’Algérie au plan commercial et économique.

Lord Risby a déjà visité l’Algérie à trois reprises, menant des délégations de chefs d’entreprises britanniques.

Les échanges commerciaux entre l’Algérie et la Grande-Bretagne avaient atteint en 2010, selon les chiffres des Douanes algériennes, plus de 2 milliards de dollars, dont 1,260 milliard de dollars d’exportations algériennes et 771 millions de dollars d’importations.

En 2010, la Grande-Bretagne a été classée 13e client de l’Algérie et aussi son 13e fournisseur.

Lu sur Algérie Presse Service