Le jeune technicien monteur de la télévision algérienne, Tarek Goulmamine, a bel et bien été tué, à coup de coteaux, par un ancien repenti. Selon le père de la victime, l’assassin, âgé d’une cinquantaine d’années, est un terroriste repenti et voisin du défunt employé de l’ENTV. Les deux hommes se sont apparemment bagarrés à cause d’une place de parking. Excédé, l’ancien terroriste a fait usage d’une arme blanche pour régler ses comptes avec son adversaire. Ce dernier, jeune père de trois enfants, s’est affalé sur le sol. Il a succombé à ses blessures deux jours plus tard alors qu’il était hospitalisé pour subir des soins intensifs.

A ce propos, le secrétaire général du Syndicat national des journalistes (SNJ) est formel : « le père de notre confrère connaît très bien le meurtrier. C’est un ancien terroriste repenti », a-t-il déclaré à Algérie-Focus. « L’auteur présumé a été immédiatement identifié et interpellé par les forces de la police de la sûreté de daïra de Bouzaréah « , confirme encore à ce sujet une source sécuritaire citée par le quotidien électronique TSA. « Il sera présenté mardi au parquet de la République », ajoute la même source. Pour sa part, le syndicat national des Journalistes avait dénoncé, dans un communiqué, l’assassinat de ce réalisateur de la télévision algérienne. Selon les premiers éléments de l’enquête, la thèse de l’assassinat «politique» n’est pas la plus privilégiée par les services de sécurité. Mais cela n’a pas empêché le SNJ de réclamer « une peine exemplaire contre le terroriste récidiviste pour que plus jamais ces vampires intégristes qui ont déjà lourdement endeuillé la corporation en particulier, et tout le pays en général, ne sévissent ».

E. W.

Notez cet article