A Constantine, la population de la nouvelle-ville Ali Mendjeli est consternée. Deux enfants âgés d’à peine 9 et 10 ans ont disparu samedi soir vers 18 H 15 au niveau de l’unité de voisinage n°13, a-t-on appris de plusieurs sources locales. Hachiche Brahim et Boudaira Haroun, âgés de 9 et 10 ans, qui jouaient ensemble, samedi à cette heure-ci dans la rue, n’ont plus donné signe de vie. Cette disparition énigmatique a semé la panique dans toute la ville de Constantine d’autant plus que des témoins oculaires affirment que les deux enfants ont été aperçus pour la dernière fois en compagnie d’un homme inconnu et étranger à leur cité.

D’après ces témoins, cet homme s’est dirigé vers ces deux enfants qui jouaient dans la cour de leur cité, les unités de voisinage 13 et 18 où résident les deux garçons, pour leur demander de lui montrer l’unité 19 située a proximité de la même cité. Victime de leur naïveté,  les deux petits enfants ont accompagné cet inconnu pour lui indiquer l’adresse exacte. Et depuis, les familles des deux garçons n’ont plus revu leurs enfants ! Ont-ils été enlevés ? Pour leurs parents, leurs voisins et leurs proches, il n’y a plus aucun doute. Mais les autorités locales et les services de sécurité préfèrent temporiser et ne pas se précipiter dans cette piste. Les services de sécurité ont entamé leurs investigations et selon l’officier responsable de la cellule de communication de la sûreté de wilaya, un avis de disparition a été diffusé et les professionnels du bureau de recherche et d’investigation (B.R.I), appuyés par la brigade cynophile,  ont ouvert immédiatement une enquête qui a ciblé, d’abord, les secteurs des unités de voisinage 13 et 18, de la nouvelle ville Ali Mendjeli, où les locataires ont été interrogés et entendus  à tour de rôle.

Toutefois, ces mesures n’ont pas suffi pour rassurer la population locale qui a manifesté haut et fort son indignation face à cet énième enlèvement d’enfants. Dimanche, les habitants des unités de voisinage 18 et 13 ont observé un rassemblement pour crier leur colère et réclamer la protection de leurs enfants. La tension était si palpable que  des débordements ont failli éclater pour embraser toutes les cités de la nouvelle ville Ali Mendjeli.  Cette colère, aucun dispositif policier ne pouvait la juguler. Mais pour calmer les esprits, les policiers dépêchés en urgence sur les lieux ont discuté sereinement avec les habitants pour apaiser leur exaspération et éviter les regrettables dépassements qui ne serviront pas l’enquête et les recherches en cours pour retrouver Hachiche Brahim et Boudaira Haroun.