Le comité national de défendre des droits des chômeurs (CNDDC) a nié dimanche toute relation avec la mouvance terroriste Al Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI). « Nous n’avons aucune relation avec AQMI ou les autres mouvances terroristes. Nous sommes un mouvement pacifique qui rejette la violence et tout extrémisme », a fait savoir à ce sujet le Tahar Belabbès, le coordinateur national du CNDDC, dans un communiqué rendu public dimanche.

« Nous ne sommes pas responsables sur les comportements ou les déclarations d’une quelconque mouvance. Nous avons notre cause pour laquelle nous nous battons et nous dénonçons toute tentative de récupération politique », a encore ajouté Tahar Belabbès, l’un des plus actives du CNDDC au sud du pays à Ouargla notamment où il a figuré parmi les organisateurs du grand rassemblement du 14 mars dernier auquel ont participé des milliers de manifestants. D’autre part, le porte-parole de la CNDDC a relevé également que le mouvement de contestation enclenché par les chômeurs du sud n’a aucune obédience politique ni aucune appartenance idéologique.

Il est à rappeler que vendredi  Al Qaîda au Maghreb Islamique a affirmé, dans un communiqué diffusé vendredi, qu’elle soutient « le soulèvement des enfants du Sud algérien » pour signifier qu’elle apporte son appui à la contestation des chômeurs de Ouargla et des autres villes du sud du pays !  Mis en ligne par l’agence mauritanienne ANI, ce communiqué a suscité une grosse polémique et a jeté le doute sur les intentions des chômeurs algériens. Mais, la CNDDC est sortie de sa réserve pour dénoncer cette tentative de récupération…