A Sidi Amar, la troisième commune la plus peuplée de la wilaya d’Annaba, la population locale est sous le choc. Mercredi, un lycéen a tenté de se suicider pour la simple raison qu’il a été éconduit par sa petite copine. Le jeune infortuné a voulu, ainsi, mettre fin à ses jours en se jetant du premier étage de son établissement, le lycée du 18 février, a-t-on appris auprès d’une source locale.

Le jeune garçon, prénomé Zakaria, qui est en première année secondaire, filière littéraire, a échappé miraculeusement à la mort à la suite de son geste désespéré.  Alertée par le personnel de l’établissement, une équipe de la Protection Civile s’est déplacée rapidement sur les lieux du drame pour secourir le jeune lycéen qui souffre d’une fracture au bras, mais son état paraît globalement rassurant, nous a-t-on encore indiqué. Selon les témoignages des camarades de Zakaria   recueillis par le personnel du lycée du 18 février, le jeune Zakaria a tenté de se suicider par démit amoureux. En effet, il n’aurait pas supporter que sa petite amie, une élève du même établissement, le quitte pour un autre copain. Accablé par son chagrin d’amour, il a décidé de se suicider pour exprimer son désespoir. Ce fait divers dramatique prouve clairement que le fléau du suicide commence à se propager dans le milieu scolaire. En avril de l’année dernière, un drame est survenu également au sein d’un CEM à Bordj Bou Arreridj, une ville située à 220 Km à l’est d’Alger. Un élève s’est pendu à un arbre. Le suicide à l’intérieur de l’établissement. Âgé de 14 ans, l’élève s’est isolé derrière la salle de sport pour  se donner la mort.

Ces récents événements doivent interpeller en urgence les autorités concernées notamment le ministère de l’Education Nationale. La présence de psychologues et de pédagogues spécialisés est devenue plus qu’indispensable dans de nombreux établissements scolaires algériens.

Notez cet article