Face à la funèbre série d’enlèvements suivis de viols et d’assassinats, les juges algériens ont décidé de devenir intraitables. Et cette fois-ci, sous la pression de la société émue et bouleversée par ces crimes, les tribunaux prononcent sans aucune hésitation la peine capitale contre ces criminels sans vergogne. Ainsi, le tribunal pénal relevant de la cour de justice de Tiaret a condamné à mort l’assassin et violeur d’une fillette âgée de 6 ans.

Cette tragique affaire remonte à l’année 2005 lorsque l’assassin a sauvagement mis fin aux jours de la petite Amina, âgée d’à peine 6 ans. L’auteur de ce crime abject n’est autre que le beau-père de la petite fillette ! Ce dernier a enlevé la fille pour la violer. Après avoir satisfait ses bas instincts, le criminel a étranglé Amina avec un câble électrique avant de dissimuler son corps dans une valise pour la jeter, par la suite, dans une décharge publique.

Quand le corps mutilé de la petite fille a été retrouvé, la population de Tiaret, une ville située à plus de 400 Km à l’ouest d’Alger, a été traumatisée. Ce drame a fait plonger tous les habitants dans l’effroi. Sous le choc, toute la population de Tiaret a réclamé un châtiment exemplaire. La Justice a, semble-t-il, donc répondu favorablement à la colère populaire et  face à l’horreur de ce crime, la justice a voulu se montrer réellement sévère et exemplaire.  Mais cela suffira-t-il réellement pour stopper l’expansion alarmante en Algérie du fléau des kidnappings et viols d’enfants ?

 

 

Notez cet article