Le nombre de naissances par an en Algérie va dépasser, à l’horizon 2013 – 2014 le cap d’un million. Ce sont les prévisions de l’Office nationale des statistiques (ONS) qui ont rendu public aujourd’hui quelques chiffres relatifs à la démographie dans le pays.

Ainsi, cette progression, entamée il y a quelques années, va se poursuivre encore. Pour l’année passée, l’Office a indiqué qu’il y a eu 978 000 naissances, soit une moyenne d’un peu plus de 2600 naissances par jour. En somme, la population algérienne a atteint, à la fin de l’année 2012, 37,9 millions d’habitants. En prenant en compte les 170 000 décès enregistrés en 2012, la population a donc augmenté, durant cette année, de 808 000 personnes.

Avec l’accroissement des naissances, il est clair que les autorités auront de plus en pus de difficultés à régler certains problèmes. Il est tout aussi évident qu’avec cette hausse, c’est le nombre d’inscrits à l’école qui prendra la même courbe ascendante également. L’Etat doit, d’année en année, prévoir un plus grand nombre de places pédagogiques.

 

Un accroissement du taux de natalité du également à la hausse de celui de nuptialité, même si, cette dernière, relève l’ONS, reste relativement modéré par rapport à l’année d’avant. Ainsi, le taux est passé de 10,05 mariages pour milles, en 2011 à 9,90 en 2012. Il y a eu donc 371 280 mariages durant l’année 2012. L’Office indique, dans le même sens, que l’indice de fécondité a augmenté puisqu’il est passé de 2,87 enfants par femme, en 2011, à 3,02 en 2012. En d’autres termes, les femmes algériennes ont tendance à vouloir plus d’enfants en 2012 qu’en 2011.

 

Par ailleurs, ce rapport de l’ONS fait apparaître que les naissances masculines sont plus nombreuses. Pour 104 garçons, nouveaux nés, il y a 100 filles. A cet effet, il est à noter que, contrairement à la conviction générale, il y a plus d’hommes (50,61%) en Algérie que de femmes (49,39%). Pour finir, si le taux de mortalité, d’une manière générale, a augmenté en 2012 (170 000 décès), passant de 4,41 pour mille à 4,53, celui des enfants de moins d’un an a reculé d’un demi-point, par rapport à 2011, pour atteindre 22,6 pour mille. En somme, il y a eu 22 088 décès d’enfants en 2012. Et parmi eux, il y a 15 795 mort-nés. En dernier lieu, en plus de la hausse du nombre de naissance, l’autre «problème» auquel feront face les autorités est lié à la retraite. En effet, le taux des personnes âgées de 60 ans est plus est passé de 7,9 % en 2011 à 8,1 % en 2012.Elyas Nour

Notez cet article