L’information parue dans le quotidien panarabe londonien, Al Quds al Arabi, il y a quelques jours, relative à un prétendu déploiement de Marines américains en Espagne afin de parer à un éventuel soulèvement populaire en Algérie, vient d’être catégoriquement démentie par un officiel militaire américain.

Ainsi, cette information relayée par plusieurs médias notamment marocains, comme signalé dans un de nos précédents articles, est tout simplement fausse et infondée, a confirmé dans une déclaration faite à l’APS par Robert Firman, un porte-parole du Pentagone chargé de l’Afrique. Ce dernier a expliqué que ce déploiement de Marines en Espagne vise à «améliorer la capacité des Etats-Unis pour répondre à d’éventuelles crises en Afrique de l’Ouest» et n’est nullement destinée à intervenir en Algérie en lançant de quelconques opérations militaires.

Robert Firman a indiqué qu’«en réponse aux attaques terroristes perpétrées en Libye, l’année dernière, les Etats-Unis œuvrent à l’amélioration de leur capacité à réagir plus rapidement aux situations de crise à travers le monde». Pour l’officiel américain, la présence de ces Marines en Espagne, fera en sorte que les militaires US «seront dans la capacité d’entreprendre une série de missions dont celles de l’aide humanitaire, de secours et de soutien aux ambassades des Etats-Unis». Le démenti américain vient, donc, conforter la déclaration du porte-parole du ministère algérien des affaires étrangères, Amar Belani, lequel a estimé, il y a quatre jours, que cette information « inventée » par Al Quds al Arabi, était «totalement infondé et absurde». «L’article commis dans le quotidien Al Quds al Arabi par un journaliste bien connu dans notre voisinage géographique immédiat, est un tissu d’inepties malveillantes, et la référence fielleuse faite à la situation politique et à la stabilité en Algérie est totalement infondée et absurde», avait-il déclaré, avant d’ajouter : «Les mesures dont il est question dans cet article ne sont pas dirigées contre un pays en particulier et elles concernent encore moins notre pays».

Il est à souligner enfin que l’information a été relayée surtout par des médias marocains qui y ont vu une autre occasion de désigner l’Algérie comme l’ «entité» la plus instable de la région. Le démenti américain va, peut-être, calmer leurs ardeurs.

Elyas nour