A Bordj Bou Arréridj, un enseignant a raquetté ses élèves

0
182

Chaque jour, faits divers et autres informations nous renvoient à la triste réalité de l’enseignement en Algérie. Après les cours supplémentaires «imposés» aux élèves, les tentatives ou faits d’attouchements sexuels sur des élèves, des classes sans professeurs dans certaines régions, et d’autres problèmes encore, voila qu’un enseignant « raquette » deux de ses écolières !

Cette triste affaire a eu lieu le mois dernier dans la commune de Hasnaoua, à Bordj Bou Arréridj, située à 250 Km à l’est d’Alger. Un enseignant du primaire a demandé à deux de ses élèves, en troisième année primaire, de voler les bijoux de leurs parents et de lui ramener le «butin» si elles veulent passer en quatrième année. Une des filles, a-t-on appris, lui a remis une collier en or de dix grammes. C’est le père de la seconde écolière, informé certainement par sa fille, qui a alerté les services de sécurités. C’est ainsi qu’un piège a été tendu à l’enseignant. La fille lui a remis une bague en or devant l’entrée de l’école et l’enseignant a été pris en flagrant délit.

Le procureur de la République, près du tribunal de la wilaya a ordonné son incarcération, souligne à ce sujet le quotidien arabophone El Khabar. On ne peut pas dire que ces comportements sont prédominants dans l’école algérienne. Néanmoins, il est clair qu’il y a un vrai problème en matière de critères de recrutement. Les autorités concernées ne devraient-elles pas être plus rigoureuse quand il s’agit d’embaucher des enseignants notamment du primaire ? De plus en plus d’incidents dans le genre sont déclarés ici et là. D’ailleurs, beaucoup de parents ont tendance, maintenant, à surveiller de très près la scolarité de leurs enfants. Ceci sans parler de la surpopulation dans les classes de certaines régions ou du niveau de l’enseignement