La Commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) vient de rendre, mercredi matin, son verdict dans la fameuse affaire du Mouloudia d’Alger dont les joueurs et dirigeants avaient, rappelons-le, refusé de prendre part à la cérémonie de remise des médailles lors de la finale de la Coupe d’Algérie qui a eu lieu le 1er mai dernier.

Comme il était attendu, le coordinateur de la section football du club, en l’occurrence Omar Ghrib, a été radié à vie du mouvement sportif national. «Interdiction à vie d’exercer toute activité ou toute fonction en relation avec le football pour outrage aux officiels et aux instances sportives avec faits aggravants à compter du 08 mai 2013 et une amende de deux cent mille dinars (200 000 DA), avec proposition de radiation du mouvement sportif national», lit-on dans le verdict de la LFP. L’autre dirigeant du club, le Président du Conseil d’administration de la Société par actions (SPA) MCA, Hocine Amrouche, a eu droit à plus de clémence. Il s’en sort seulement avec une amende de l’ordre de 200 000 dinars pour «violation de l’obligation de réserve». Néanmoins, il est fort probable que celui-ci, cadre de la Sonatrach, propriétaire du club, soit licencié par son employeur.

La Commission de discipline, présidée par l’ancien premier responsable de la Fédération algérienne de football (FAF), Hamid Haddadj, a sanctionné également  les joueurs Réda Babouche, capitaine du MCA, Fawzi Chaouchi, gardien, et l’entraîneur Djamel Menad. Ce dernier a écopé de «deux ans de suspension dont un an avec sursis de toute activité dans le football pour outrage et atteinte à l’honneur envers officiels de match et incitation des joueurs à l’indiscipline à compter du 08 mai 2013 et une amende de cent mille dinars (100.000 DA)». Il faut dire que l’ancien international ne s’attendait sûrement pas à une sanction aussi sévère. Mais, les rapports des officiels du match, l’arbitre et le commissaire l’ont, apparemment, accablé. 

S’agissant des deux joueurs, c’est le gardien Chaouchi qui a été le plus lourdement sanctionné.  Il a écopé de «deux ans de suspension ferme pour outrage, atteinte à l’honneur et propos diffamatoires envers officiels de match et instances sportives à compter du 08 mai 2013 et une amende de cent mille dinars (100.000 DA)». On peut dire que si la sanction n’est pas considérablement revue à la baisse, puisqu’il est certain que les personnes sanctionnées vont déposer des recours, la carrière du gardien est presque terminée. Il faut dire, par ailleurs, que Chaouchi n’est pas à sa première bévue depuis le début de sa carrière mouvementée. Le capitaine d’équipe, Reda Babouche, a été sanctionné, quant à lui, d’«un an de suspension ferme pour outrage envers officiels, contestation de décision et manquement à ses responsabilités de capitaine d’équipe, à compter du 08 mai 2013 et une amende de cent mille dinars (100.000 DA)».

Si les personnes physiques ont été lourdement sanctionnées, l’entité morale, à savoir le club, a été épargnée. Aucune sanction n’a été prononcée contre le MCA, alors que certains évoquaient une interdiction de participation à la Coupe d’Algérie pendant deux ans et défalcation de trois ponts de championnat. La Commission a tenu compte, dans ses délibérations, du «bon comportement des supporters du MC Alger qui ont respecté les règles du fair-play préservant ainsi les intérêts du club». Néanmoins,  «le club MC Alger sera privé de l’indemnité octroyée par la FAF aux finalistes de la coupe d’Algérie». En prononçant ces sanctions, les instances footballistiques espèrent avoir mis un terme à un «scandale» qui n’a que trop duré.

Elyas Nour

Notez cet article